Coalition fédérale: «Le PS veut provoquer des élections pour affaiblir la N-VA et se renforcer», selon De Wever

Bart De Wever.
Bart De Wever. - Belga

Rien n’y fait : le PS et la N-VA ne sont pas près de convoler au sein d’un gouvernement fédéral. « On commence à en avoir vraiment assez de cette situation », assure le président du PS Paul Magnette, dans son interview au Soir.

Une cinquantaine de réunions ont eu lieu déjà, notamment directement entre lui et Bart De Wever. Voici ce que Paul Magnette en dit : « A titre personnel, négocier avec des nationalistes avec lesquels nous n’avons rien à voir, cela devient un vrai supplice. » Alors combien de temps le PS entend-il participer à ces négociations avec la N-VA ? « Figurez-vous que je commence à me poser la question », répond Paul Magnette. Le bureau de parti du PS qui se déroule lundi pourrait-il annoncer la fin de la participation du PS à ces discussions avec la N-VA ? « Cela se pourrait. Effectivement. C’est un choix à faire entre, d’une part, la politesse et le respect des règles constitutionnelles et, d’autre part, la clarté politique. »

Un constat que dénonce Bart De Wever. Le président de la N-VA « prend acte du diktat du PS ». « Le PS veut provoquer des élections, uniquement pour affaiblir la N-VA et pour se renforcer. » « Le troisième parti du pays pense pouvoir dicter sa loi à tout le monde et mener les négociations dans les médias. Contrairement à ce que souhaite l’électeur flamand, il veut un gouvernement le plus à gauche possible, sans majorité en Flandre. »

« Le pays a besoin de stabilité »

Une interview à laquelle le président du MR n’avait pas non plus tardé à réagir. Dans un tweet, il explique ne pas vouloir aller aux élections. « Les Belges ont voté, la population veut légitimement un #begov, le Pays a besoin de stabilité. Alors, pourquoi remettre sa tête sur une affiche si on est pas capable de prendre ses responsabilités et de conclure des accords ? Le @MR_officiel travaille pour la #noelections » a-t-il lancé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise la majorité bruxelloise

  2. ELPais

    Hillary Clinton: «Les services secrets russes travaillent encore pour Trump»

  3. d-20190308-3RNPZT 2019-12-19 22:31:38

    Gratuité des transports au Luxembourg: du changement pour les 48.000 frontaliers belges?

La chronique
  • Allô, Alost?

    Allô, Alost ?

    Ouais, à l’eau…

    Et merci au Dieu de l’Ancien Testament d’avoir arrosé les comiques du coin ce dimanche de carnaval, on aurait dit les premières heures du Déluge. L’Ancien Testament est la Bible des Juifs. Ce qui souligne le pouvoir exorbitant de ces gens-là. La seule question que se posait Noé dimanche dernier était : qui de tous ces animaux laisser entrer dans l’Arche ? Aux dernières nouvelles, il a décidé de couler avec son rafiot.

    Dieu a fait l’homme à son image, paraît-il. Pourquoi l’homme d’Alost doit-il alors se cacher derrière des masques affreux ?

    Le nœud de cette affaire, c’est la définition de l’humour. Une quête impossible. Ce qui fait rire votre voisin et vous laisse de glace ou vous agace, est-ce de l’humour ? Bien sûr que oui car pour qui vous prenez-vous ? Pourquoi auriez-vous meilleur goût que votre voisin ?

    ...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite