Italie, France, Espagne…: ce que l’on sait de la propagation du virus

Le nouveau coronavirus a déjà tué plus de 20.000 personnes dans le monde, dont plus de 13.000 en Europe, petit tour des principaux pays d’Europe touchés par le coronavirus.

Italie

Le nombre de nouveaux patients infectés par le Covid-19 (3.491) en Italie a baissé pour le quatrième jour consécutif alors que le pays a enregistré 683 nouveaux décès sur les 24 dernières heures, selon le rapport quotidien de la protection civile révélé mercredi.

L’Italie compte désormais 57.521 cas positifs. Mercredi, 3.491 nouvelles infections ont été enregistrées, soit moins que les quatre jours précédents : 3.612 mardi, 3.780 lundi, 3.957 dimanche et 4.821 samedi.

Avec 683 nouveaux décès, le nombre total des victimes s’élève à 7.503.

Le nombre de patients aux soins intensifs a augmenté de 2,7 % pour atteindre désormais le nombre de 3.489.

L’Italie, qui a recensé son premier décès lié au coronavirus fin février, compte 7.503 morts pour 74.386 cas. 9.362 personnes sont considérées comme guéries par les autorités italiennes.

Espagne

L’expansion de la maladie Covid-19, qui a désormais plus tué en Espagne qu’en Chine, « menace l’humanité toute entière », a averti mercredi le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

Si les nouveaux cas continuent de stagner, l’Italie reste le pays le plus touché au monde avec 7.503 décès. Elle est suivie désormais par l’Espagne, où le nombre total de morts – 3.434 – a dépassé mercredi celui en Chine (3.281), berceau de l’épidémie.

Comme dans les autres pays européens les plus touchés, des hôpitaux espagnols sont au bord de l’effondrement, les personnels médicaux exténués et exposés à la contagion par manque d’équipements adaptés.

L’Espagne va donc acheter pour 432 millions de dollars de matériel sanitaire – masques, gants, respirateurs, tests… – à la Chine, où la maladie a très fortement ralenti sa progression.

« Beaucoup de collègues pleurent car des gens meurent seuls, sans avoir revu leur famille, et nous avons à peine le temps de leur tenir compagnie », confie Guillen del Barrio, infirmier dans un hôpital saturé de Madrid.

France

Le coronavirus a causé 1.331 décès enregistrés à l’hôpital depuis le début de l’épidémie et 2.827 patients étaient mercredi soir en réanimation, a annoncé le directeur général de Santé Jérôme Salomon.

Ces bilans traduisent une augmentation de 231 décès et de 311 nouveaux patients en réanimation comparé à la veille, sur un total de 11.539 malades hospitalisés selon M. Salomon.

Le président français Emmanuel Macron a annoncé mercredi le lancement d’une opération militaire : à l’approche du pic de l’épidémie de nouveau coronavirus qui se profile dans le pays, « Résilience » mobilisera les forces armées pour aider la population contre l’épidémie.

Cette opération « Résilience », distincte de l’opération « Sentinelle » contre le terrorisme, « sera entièrement consacrée à l’aide et au soutien aux populations, ainsi qu’à l’appui au service public pour faire face à l’épidémie, en métropole et en Outre-mer ».

Avec 231 morts recensés entre mardi et mercredi (1.331 au total), la France est le troisième pays au monde à avoir enregistré le plus de nouveaux décès en 24 heures, derrière l’Espagne et l’Italie.

Dans le cadre de « Résilience », le porte-hélicoptères amphibie Mistral sera déployé « immédiatement » dans le sud de l’océan Indien et, « à partir de début avril, le porte-hélicoptères Dixmude ira se positionner dans la zone Antilles Guyane en soutien de nos territoires ultramarins », a-t-il annoncé.

« L’unité et le courage, nous permettront de vaincre, nous ne sommes qu’au début, mais nous tiendrons », a-t-il martelé, répétant à nouveau plusieurs fois « nous sommes en guerre ».

Le chef de l’Etat s’exprimait juste après avoir visité un hôpital militaire de campagne installé cette semaine en quelques jours à Mulhouse (est), pour soulager un peu les hôpitaux de la région, débordés par l’afflux des malades du Covid-19.

M. Macron a également promis la mise en place d’un « plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières » pour l’hôpital, une fois la crise du coronavirus passée.

Rendant hommage au personnel soignant – des professions très mobilisées ces derniers mois pour réclamer davantage de moyens notamment pour l’hôpital public et la dégradation de leurs conditions de travail – le président français a affirmé que cette « réponse sera profonde et dans la durée », alors qu’au moins cinq médecins sont décédés en France des suites du nouveau coronavirus.

Emmanuel Macron a également indiqué qu’il allait réunir vendredi syndicats et patronat, « pour organiser le travail, pour mieux protéger au travail ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous