Le Doudou n’aura pas lieu le 7 juin

Le Doudou n’aura pas lieu le 7 juin

La ducasse de Mons résistait jusqu’à présent à la vague d’annulations de tous les événements culturels, sportifs ou festifs prévus lors de ce printemps marqué par l’épidémie de coronavirus. Mais cette fois, les autorités locales, bourgmestre en tête, et les organisateurs des principaux temps forts d’un événement qui dure près d’une semaine, ont dû se rendre à l’évidence : le Doudou n’aura pas lieu le dimanche 7 juin. La tradition veut que la procession du Car d’Or et le combat dit Lumeçon se déroulent le jour de la fête chrétienne de la Trinité.

Pour marquer le coup, le bourgmestre Nicolas Martin (PS) a rédigé un message à l’intention de tous les Montois, très attachés à leurs traditions : « Rares sont les événements qui ont réussi à bousculer cette tradition multiséculaire. Mais nous le savons tous, nous faisons face aujourd’hui à un ennemi redoutable. Un ennemi qui n’a pas de visage, un ennemi qui s’attaque à tous, sans distinction d’âge ou de genre. Un ennemi qui a mis à l’arrêt des pays entiers (…) Une seule préoccupation s’impose à tous : stopper la propagation de l’épidémie. Protéger la santé, et donc la vie des Montois, c’est aujourd’hui la seule considération qui doit prévaloir dans toutes nos décisions. »

En réalité, personne n’imaginait, vu les circonstances et l’évolution de la crise, que ce grand rassemblement populaire puisse se dérouler à la date prévue, même si le mois de juin marque le début d’un retour progressif à la normale. Au plus fort de la fête, des milliers de personnes se rassemblent sur la Grand-Place et dans ses environs. Impossible de respecter les mesures de distanciation sociale.

Le bourgmestre le rappelle avec raison, la fête serait impossible avec des consignes de prudence liées à la maladie : « Comme nous le rappelle fréquemment Saint-Georges, la Ducasse n’est rien sans son public, et une Ducasse qui respecterait les distances de sécurité exigées par le Conseil national de sécurité n’aurait évidemment aucun sens. Elle est tout simplement inconcevable. »

La ducasse de Mons est-elle pour autant annulée ? Les autorités ne se prononcent pas encore à ce sujet. Elles laissent en réalité une porte ouverte à un Doudou automnal. A leurs débuts vers 1349, les manifestations montoises se déroulaient en effet au mois d’octobre. Cette piste est sur la table. Elle sera activée, peut-être, si la situation sanitaire le permet.

A la tristesse des Montois s’ajouteront en tout cas les très fortes inquiétudes des commerçants et surtout du secteur horeca : durant six jours en effet (sans oublier le Petit Lumeçon), restaurateurs et cafetiers réalisent évidemment un chiffre d’affaires considérable. Lors de l’annonce de la fermeture des commerces, tous avaient dit à Mons leur plus grande crainte : une année sans Doudou ! Ce n’est pas encore certain, mais cela commence à y ressembler sérieusement.

Sur le même sujet
ÉpidémiePS
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous