Planète

Confinement: la plus forte chute des émissions de CO2 jamais vue

Confinement: la plus forte chute des émissions de CO2 jamais vue

Le brutal ralentissement des activités humaines liées à la crise du coronavirus pourrait entraîner une chute des émissions mondiales de CO2 de 5,5 % en 2020 par rapport à l’an dernier. C’est ce qui ressort d’un calcul de la lettre d’information spécialisée « Carbon Brief ». Celle-ci a examiné l’impact de la crise actuelle sur les émissions des principaux pollueurs mondiaux (la Chine, les Etats-Unis, l’Inde, l’Union européenne) mais a aussi analysé les conséquences d’une dégringolade de la demande pétrolière, résultant du ralentissement économique. Le coronavirus n’est pas à l’origine de tous les changements : un hiver très doux en Europe et aux Etats-Unis a aussi fait chuter la consommation d’énergies fossiles. Malgré toutes les précautions d’usage, il apparaît que l’impact du coronavirus devrait ainsi surpasser toutes les crises connues jusqu’ici de même que les deux guerres mondiales.

Ce sera cependant loin de suffire à mettre le monde sur la voie de l’Accord de Paris par lequel la communauté internationale s’est engagée à maintenir l’élévation de la température moyenne bien en dessous de 2ºC, de préférence à 1,5ºC. Pour rendre nos émissions compatibles avec l’objectif de 1,5ºC, elles devraient diminuer de 7,6 % par an au cours de cette décennie. Or, il y a fort à parier pour que la baisse enregistrée actuellement soit suivie d’un sérieux rebond de nos émissions sous l’influence de la relance économique qui se prépare.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous