© CORALIE CARDON
Dans un Cantous, les personnes en perte d’autonomie participent aux actes de la vie quotidienne.
d-20181212-3Q64MZ 2020-01-13 16:42:16
Pendant tout le week-end, les opérations de plantation se sont poursuivies, elles se répéteront ensuite chaque année.
Le haut-fourneau nº4 de Carsid à Charleroi est inscrit sur la liste de sauvegarde du patrimoine wallon. Mais au-delà du 19 mars, son sort n’est pas encore scellé.
B9722209897Z.1_20200113133808_000+GKDF9HLOT.1-0
Shujaat Yawary, 40 ans, et Kauhsar Hussain, 38 ans, ont quitté leur domicile situé rue de la station à Carnières en laissant derrière eux leur six enfants.
Le repas du Lundi perdu est particulièrement festif, tel un réveillon.
La travail social de Thierry Wenes passe par le camping Val Treko à Fosses-la-Ville.
A 59 ans, Jean-Pierre De Rycke dit ne pas avoir d’autres choix que de s’expatrier pour retrouver un boulot.
Luc Dussoulier et Serge Hustache lancent «
Hémisphère Gauche
», un débat d’idées au sein des progressistes.
Les trams M1 et M2 ont repris du service.
L’ISPPC se dit victime d’une imposture.
Le marché de Charleroi attire chaque semaine des milliers de clients.
Le rapprochement avec Chimay serait stratégique pour l’ISPPC.
Le faux ingénieur directeur à l’ISPPC est toujours en fonction.
Le choix de la rédaction
  1. Le perte de l’odorat est l’un des symptômes du covid qui peut persister des mois. Il faut s’armer de patience et travailler dur pour rééduquer progressivement le cerveau.

    Covid longs: des symptômes persistants, souvent invalidants

  2. Proximus continue à fournir régulièrement des données à Sciensano.

    Trois entrepreneurs de la tech appellent à une meilleure utilisation des données pour la relance

  3. PEOPLE-GISCARD_

    Décès de Valéry Giscard d’Estaing, l’homme qui voulait moderniser la France

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, saison 2, jour 29»: l’hors-saison

    Le 2 novembre, il s’est passé un truc incroyable.

    Le pays tout entier s’est refermé sur lui-même, s’est de nouveau cloîtré, claquemuré comme s’il était malade, ou triste, et qu’il ne voulait voir personne, juste l’intérieur de sa couette avec une lampe de poche et un livre. Ou Netflix et un bon wifi.

    « Confinement, collection automne-hiver », avait alors lancé Pauline, une fille à qui les robes vont vraiment très bien. Et tant d’autres choses, mais on parle mode aujourd’hui.

    C’est bizarre. Alors qu’on a relativement bien vécu le printemps-été 2020, cette collection-ci, on la trouve nettement moins réussie. Couturier moins inspiré, sans doute. L’impression qu’il se répète, qu’il a juste repris les codes de la saison dernière, à peine changé les couleurs, les matières mais que tout le reste, l’allure, la coupe, c’est de la resucée.

    On le sait, bien sûr qu’on le sait qu’en littérature comme au cinéma, en théâtre comme en mode, un premier grand succès ne génère qu’angoisse et désespoir. Jamais...

    Lire la suite

  • Hongrie: il faut toujours se méfier des pères la pudeur

    En Hongrie, la ville de Nagykata a décidé, en novembre, d’imiter la Pologne en instaurant une première zone « LGBTQ-free » où seront interdites toute « propagande » et toute marche pour l’égalité. La Hongrie prohibe aussi le changement de genre des transsexuels dans le code civil et compte réserver l’adoption aux couples hétérosexuels mariés.

    La Hongrie a inscrit dans sa nouvelle Constitution que le mariage ne pouvait se faire qu’entre un homme et une femme car seule cette union...

    Lire la suite