Le spectacle 4 étoiles de la semaine: «Sopro» apporte un merveilleux souffle d’air frais

Cristina Vidal est là, sur le plateau, du début à la fin. En pleine lumière mais se cachant constamment derrière les acteurs, elle souffle tout le texte de la première à la dernière ligne.
 
«
Délivre-nous du mal
».
Les metteurs en scène n’ont plus à s’inquiéter d’un virus qui frapperait leurs plateaux – ici «
Le malade imaginaire
» au théâtre Le public.
dlvm
634e9cb1-1281-468a-852c-2a25b125416d
«
Le Noël de M. Scrooge
».
Cela fait déjà trois ans qu’Antoine Defoort travaille sur son nouveau projet, «
Feu de tout bois
».
«
Est-ce qu’on ne pourrait pas s’aimer un peu
?
».
Pour les plus précaires des techniciens du spectacle, la crise du covid est un drame immédiat.
« Madame Pylinska m’a appris comment être dans la rencontre,  l’observation, la jouissance. »
«
Forces
».
372020 Une Ceremonie Raoul Collectif 2(c) Celine Chariot copie (2)
«
WEG
».
d-20191021-3WT4T7_high
Alexandre Duvinage et Leila Chaarani
: deux comédiens fougueux. © Alice Piemme.
Sans autre accessoire que quelques images projetées sur grand écran, Fabrizio Rongione invite à une autre lecture de l’Histoire, hilarante mais bougrement documentée.
Les créateurs ont souffert durant la crise Covid. La gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles entend les soutenir de manière très accentuée.
Le choix de la rédaction
  1. facon

    Le commissaire coronavirus au «Soir»: «La situation est très sérieuse mais pas désespérée»

  2. ACHILLE FALISE (1)

    20 ans en 2020: a-t-on affaire à une future «génération sacrifiée»?

  3. Le marché matinal de Bruxelles limite la casse due à la fermeture des restos car les commerces de détails achètent davantage de marchandises.

    Coronavirus: c’est également la cata pour les fournisseurs de l’horeca

La chronique
  • Lettre du Brexit: Boris Johnson boit la tasse

    Par Marc Roche

    Si par hasard vous avez l’outrecuidance de demander à Sharon, la serveuse du restaurant « SeaShell », la recette du « fish and chips », la réponse, d’une voix rugueuse venue du fin fond du Yorkshire, est sans appel : « Comme le Coca-Cola, c’est confidentiel ». Il y a quelque chose de mythique dans le fait de glisser votre couteau dans la pâte de bière légère, croustillante, et ensuite dans la partie tendre de l’aiglefin frit dans le jus de rôti de bœuf, servi avec de grosses frites, des pois à la menthe légèrement sucrés et de la sauce tartare ou du vinaigre. On ne badine pas avec le symbole de la gastronomie britannique né en 1860 dans la communauté juive de l’Est de la capitale ! Les secrets de la préparation du plat national sont aussi bien gardés que les bijoux de la couronne.

    Selon la récente hagiographie de Tom Bower, Boris Johnson : The Gambler (Boris Johnson : Le Joueur), le Premier ministre raffole du « fish and chips ». En raison de son régime post- Covid et de la chasse aux calories superflues, l’hôte...

    Lire la suite

  • Les 20 ans de 2020, notre carburant pour l’avenir

    Tes grands-parents, rarement tu visiteras. Tes parents, quasi plus tu n’embrasseras. Tes voisins, de très loin tu verras. Tes amis, à quatre tu limiteras. Tes professeurs, sur écran tu écouteras. Tes amours, masqué tu séduiras. La planète, plus tard tu parcourras/sauveras.

    C’est cela le monde dans lequel on vit aujourd’hui quand on a 20 ans ? Un monde où l’on doit se protéger des autres ? Où l’enfer, c’est le souffle de l’autre qui nous contamine et qu’il faut à tout prix éviter ? Ce...

    Lire la suite