Sophie Wilmès: «Il ne faut pas attendre un nouveau CNS ou de nouvelles mesures pour agir»

Sophie Wilmès: «Il ne faut pas attendre un nouveau CNS ou de nouvelles mesures pour agir»
Dominique Duchesnes

Ce mardi, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, la Première ministre Sophie Wilmès s’est adressée aux Belges en raison de la résurgence du coronavirus en Belgique.

« Les derniers chiffres relatifs à la situation sanitaire dans notre pays, relayés par les experts et par la presse, nous inquiètent, ils doivent être pris au sérieux », a-t-elle débuté. En effet, les contaminations augmentent dans toutes les tranches d’âges. De leur côté, les hospitalisations augmentent également.

Sophie Wilmès explique que la reprise de certaines activités, la rentrée scolaire et le retour de vacances sont propices à ce rebond. « C’est le cas partout en Europe ».

Malgré plusieurs pics, la Première ministre tient à adresser un message d’espoir aux Belges. « Au cœur de l’été, nous avons réussi à ralentir la reprise de l’épidémie grâce aux mesures prises, mais surtout, et c’est là le message principal, grâce au fait que la grande majorité d’entre nous a décidé de continuer à respecter les règles ». Elle met d’ailleurs en avant que « notre approche et nos résultats ont d’ailleurs été pris en exemple dans d’autres pays ».

Sophie Wilmès reconnaît qu’une certaine forme de lassitude peut s’installer. « Je le comprends très bien. L’incertitude est démotivante, la multiplication des messages contradictoires encore plus. N’oublions pas que chacun et chacune d’entre nous peut participer à la solution. En fait, nous sommes la solution ». Elle rappelle également l’importance des gestes barrières dans la lutte contre la propagation du virus. La Première ministre insiste aussi sur l’importance de s’isoler dès les premiers symptômes ainsi que de respecter la quarantaine obligatoire.

Ne pas attendre le CNS pour agir, « avant qu’il ne soit trop tard »

« Nous savons qu’après une hausse des contaminations, viennent les hospitalisations et puis les soins intensifs pour les plus vulnérables d’entre nous. Viennent ensuite les décès. Il s’agit de nos parents, nos enfants, nos partenaires ou nos amis. C’est pour cela que nous devons agir dès à présent. N’attendons pas qu’il soit trop tard pour un sursaut », a insisté la Première ministre.

Un Conseil national de sécurité est prévu pour le milieu de la semaine prochaine, a précisé Sophie Wilmès. Cependant, « il ne faut pas attendre un nouveau CNS ou de nouvelles mesures pour agir, nous devons tous impérativement œuvrer chaque jour à éviter de devoir reprendre des mesures plus radicales. Dès à présent et pour de longs mois encore, notre avenir est entre nos mains. Chacun est indispensable pour traverser cette épreuve », a-t-elle conclu.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous