Procès Hakimi-Pauwels: plus de 100 ans de prison requis par le procureur fédéral

Procès Hakimi-Pauwels: plus de 100 ans de prison requis par le procureur fédéral
Photo News

Le procureur fédéral, Julien Moinil a requis de lourdes peines, mardi, devant le tribunal correctionnel de Charleroi, extraordinairement déplacé au Lotto Mons Expo, dans le cadre du procès des home-jackings perpétrés dans le Hainaut et le Brabant wallon entre 2015 et 2017. Voici les peines requises par prévenu.

20 ans pour le « chef » de l’association de malfaiteurs

Farid Hakimi, considéré comme le chef de cette association de malfaiteurs, encourt une peine de 20 ans de prison ferme. Il risque aussi une peine de 28 mois de prison pour l’agression d’un jeune homme dans une discothèque de la région de Mons. Le ministère public a requis la confiscation d’une somme de 695.000 euros.

Pascal Faedda, déjà condamné pour vol avec violence et en récidive légale, encourt 15 ans de prison pour quatre attaques à main armée.

Mohammed Benaouane encourt une peine de 17 ans avec mise à disposition du TAP durant 10 ans. Il est en aveux de deux vols avec violence et en conteste un troisième ainsi que sa participation à un trafic de drogues. Il a écopé d’une peine de huit ans devant la cour d’appel de Mons, le 21 octobre 2010, pour séquestration et vol avec violence. Libéré après trois ans, il a commis les faits durant sa libération conditionnelle.

Marwane Hammouda, dont la compagne a eu une relation avec le chef d’enquête, est en aveux de plusieurs faits. Il a été condamné à sept ans de prison par la cour d’appel de Mons pour un vol avec violence à Gosselies. Il encourt huit années de prison en plus.

Une peine de 10 ans a été requise contre Veaeslav Rogac - l’ancien légionnaire moldave connu pour divers faits de violence dans le sud de la France - pour des vols avec violence et d’un an pour destruction du mobilier dans sa cellule. Il est actuellement détenu car il a été placé sous mandat d’arrêt pour une fusillade.

Rachid Toto, déjà condamné à 18 ans de prison pour des tiger-kidnappings, encourt une peine complémentaire de quatre ans.

Le Palestinien Ali Aziz, condamné d’une peine de six ans de prison en appel pour un vol avec violence, est en Belgique depuis 2003. Il a écopé de plusieurs peines et a été détenu durant six ans. Le procureur a requis une peine complémentaire de 12 ans.

Anvar Ediev, déjà placé sous mandat d’arrêt pour un coup de couteau sur la Grand-Place de Mons, il encourt huit ans de prison.

Absent au procès

Kabongo Lufu, expulsé du tribunal lundi en raison d’un mouvement d’humeur, est soupçonné d’avoir obtenu une partie du butin d’un home-jacking, soit 20.000 euros. Il risque six ans. Mohamed Mokhtari, absent au procès, aurait commis un vol avec violence six jours après avoir obtenu une suspension du prononcé de la condamnation pour un vol avec violence. Il n’a pas été reconnu formellement par la victime mais il aurait remis le véhicule aux auteurs. Il est passible d’une peine de 40 mois.

Mehdi Oueslati, encourt lui sept ans pour plusieurs vols avec violence commis avec Farid Hakimi. Il a déjà écopé de quatre ans en appel pour un vol avec violence.

Zacharie D’Adamo, aux lourds antécédents judiciaires, encourt huit ans pour le braquage d’un supermarché dans le Borinage et un vol avec violence, et détention arbitraire chez un dealer.

Said Hakimi, qui a fait l’objet de quatre mandats d’arrêt depuis son arrestation dans ce dossier, avait repris le trafic de son frère, Farid, quand ce dernier a été envoyé en détention préventive. Said Hakimi est aussi poursuivi pour une détention arbitraire et un recel d’une moto. Un total de huit ans a été requis.

Anthony Degossely, en aveux d’avoir vendu de la drogue pour les frères Hakimi, risque une peine de quatre ans et une confiscation de 37.000 euros.

Abdel Aitboutsssfrgal encourt 42 mois de prison pour avoir informé les braqueurs d’un coup à réaliser, ce qu’il conteste.

Lorenzo Salici aurait aussi informé les malfrats d’un coup à réaliser chez le patron de son père à Bernissart et chez un commerçant à Mouscron. Il encourt cinq ans de prison.

Najib Sidki est aussi soupçonné d’avoir fourni une arme qui a servi à un home-jacking. Il risque une peine de 18 mois de prison.

Le procureur fédéral a requis 37 mois contre Mounir Zoufir, inculpé en France, en compagnie d’Hammouda, pour un vol avec violence perpétré chez le patron du festival de Dour.

Julie De Brabanter est, elle, soupçonnée d’avoir commandité l’agression de son ancien compagnon aux frères Hakimi. Le procureur a requis 30 mois de prison et une interdiction de ses droits civiques durant au moins cinq ans.

Un acquittement a été requis en faveur de Malika Drouiche, mère des frères Hakimi, pour détention d’une arme.

Cinq ans et quatre mois pour Stéphane Pauwels

Stéphane Pauwels encourt une peine de quatre ans comme co-auteur d’un vol avec violence à Lasne, six mois de prison pour détention de produits stupéfiants et 10 mois pour une tentative d’entrave à l’instruction. Il est en aveux de détention de cocaïne mais pas du reste.

Son ancienne compagne, Noëlle Colassin, encourt deux peines: quatre ans pour avoir commandité le vol et l’agression de son ancien compagnon et trois mois pour détention de cocaïne.

Jamal Ennif, intermédiaire entre le couple Pauwels-Colassin et les auteurs du vol avec violence commis à Lasne, risque cinq ans de prison ferme.

Trois hommes sont suspectés d’avoir voulu entraver l’instruction par corruption au profit de Stéphane Pauwels. Pietro Scarito encourt 20 mois de prison alors qu’une peine de 10 mois a été réclamée contre Houssain Bouhaddouz et Jéronimo Figueiredo Moreira.

Enfin, Willy Ternus, déjà condamné à sept reprises, encourt cinq ans pour trafic d’armes. Trois instructions sont en cours contre lui.

Les plaidoiries de la défense débuteront mercredi matin.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous