Professeur d’histoire décapité en France: quatre personnes dont un mineur placées en garde à vue

Professeur d’histoire décapité en France: quatre personnes dont un mineur placées en garde à vue

Un professeur d’histoire-géographie, qui avait montré à ses élèves des caricatures de Mahomet, a été décapité près d’un collège vendredi à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) dans « un attentat terroriste islamiste caractérisé », pour Emmanuel Macron, trois semaines après l’attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo.

Le parquet national antiterroriste (Pnat) a annoncé à l’AFP s’être aussitôt saisi de l’enquête, ouverte pour « assassinat en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs terroriste criminelle ». Le procureur national antiterroriste, Jean-François Ricard tiendra une conférence de presse samedi après-midi.

Les faits se sont déroulés vers 17H00, selon une source policière. Des effectifs de la brigade anticriminalité (BAC) de la ville ont été appelés pour un individu suspect rôdant près du collège du Bois d’Aulne, selon cette source.

Sur place, ils ont découvert la victime et, 200 mètres plus loin à Eragny-sur-Oise (Val-d’Oise), ont tenté d’interpeller un homme armé d’un couteau qui les menaçait et l’ont abattu.

Quatre personnes, dont un mineur, ont été placées en garde à vue dans la nuit de vendredi à samedi, a appris l’AFP de source judiciaire. Ces personnes sont issues de l’entourage familial de l’assaillant, qui aurait crié « Allah Akbar » avant d’être abattu, selon une source proche de l’enquête.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous