Professeur décapité en France: les gardes à vue se multiplient et les hommages se succèdent

Quinze personnes étaient en garde à vue lundi après-midi dans l’enquête antiterroriste sur l’assassinat sauvage vendredi de Samuel Paty, un enseignant, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), a appris l’AFP de source judiciaire.

De nouveaux individus ont été placés en garde à vue lundi dont une personne qui « a déjà été condamnée pour des faits de terrorisme et qui déclare spontanément avoir été en lien avec l’auteur quelque temps avant les faits », mais aussi quatre collégiens, alors qu’un élève a été relâché.

Selon une source proche du dossier, l’enseignant d’histoire-géographie du collège de Conflans-Sainte-Honorine a été « désigné » à l’assaillant, Abdoullakh Anzarov, « par un ou plusieurs collégiens, a priori contre une rémunération ».

Marche blanche

Une marche blanche en hommage à Samuel Paty sera organisée mardi soir à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), a annoncé lundi la mairie.

Cette marche, qui commencera à 18h30, se tiendra entre le collège Le Bois d’Aulne, où le professeur de 47 ans enseignait avant d’être tué par un Russe tchétchène de 18 ans, et la place de la Liberté, a précisé la mairie dans un communiqué.

Depuis la mort de cet enseignant, les hommages se multiplient en France, où plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dimanche dans plusieurs grandes villes, dont Paris, Lyon ou encore Nice.

A Conflans-Saint-Honorine, parents, élus ou simples citoyens de toutes générations sont venus spontanément tout au long du week-end rendre hommage à l’enseignant en déposant des fleurs ou des messages devant l’établissement scolaire.

Un hommage national à Samuel Paty est également prévu mercredi dans la cour de la Sorbonne. Emmanuel Macron a choisi cet endroit, car il s’agit d’un lieu symbolique de l’esprit des Lumières et de l’enseignement. Ce choix de la Sorbonne plutôt que la cour des Invalides, lieu traditionnel des hommages, mettant ainsi à l’honneur la profession d’enseignant de la victime, a été fait «en accord avec la famille du défunt», reçue lundi matin par Emmanuel Macron, précise la présidence.

Minute de silence au Parlement européen

Le Parlement européen a observé lundi une minute de silence à l’ouverture de sa séance plénière en mémoire du professeur.

« Cinq ans après l’attentat contre Charlie Hebdo, montrer une caricature de Mahomet pendant son cours tue, le fanatisme et l’intolérance tuent », a dénoncé le président du Parlement David Sassoli.

Le professeur d’histoire-géographie a été assassiné « parce qu’il croyait à la liberté d’expression, parce qu’il voulait transmettre à ses élèves la liberté de pensée, l’ouverture d’esprit et les valeurs du vivre-ensemble (…) La terreur se combat par l’éducation, par l’enseignement tel qu’il le pratiquait, un enseignement bienveillant et critique, ouvert sur la société, sur l’autre, prônant le dialogue et la connaissance », a ajouté M. Sassoli.

 
 
À la Une du Soir.be
  • live
    Consommation

    5 cadeaux à offrir à la St-Nicolas

  • pexels-marcus-aurelius-4063507
    Médias

    Quatre comptes Instagram inspirants sur le handicap

  • BELGAIMAGE-85384584
    Actu Stars

    Hugh Keays-Byrne, le méchant de «Mad Max», est décédé

À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous