Agents immobiliers: un droit passerelle multiplié par deux

Comme lors du premier confinement, les agences immobilières doivent fermer boutique. La seule différence aujourd’hui est qu’on peut encore aller consulter les annonces en vitrines...
Comme lors du premier confinement, les agences immobilières doivent fermer boutique. La seule différence aujourd’hui est qu’on peut encore aller consulter les annonces en vitrines... - pierre-yves thienpont.

Ce n’est plus un secret maintenant : les agences immobilières ont été contraintes de fermer leurs portes à la suite des décisions communiquées par le Comité de concertation vendredi dernier et rendues officielles par l’arrêté ministériel publié dimanche au Moniteur.

La question que se posent à présent tous les agents immobiliers est de savoir à quelles indemnités ils ont droit. Ici, les hésitations n’ont pas leur place : ils peuvent demander le droit passerelle de crise, déjà existant, mais dont les montants alloués ont été doublés le 25 octobre dernier sur proposition du ministre en charge des Indépendants, des PME et des Classes moyennes David Clarinval.

Le droit passerelle de crise concerne les indépendants qui ont été contraints d’arrêter totalement ou partiellement leurs activités suite à un arrêté ministériel pris dans le cadre de la crise du covid. Les agents immobiliers entrent en plein dans cette catégorie puisqu’ils ont été contraints de fermer boutique.

Concrètement, un indépendant recevra donc 2.583,38 euros s’il est isolé, et 3.228,20 euros s’il a charge de famille (lors du premier confinement, les indemnités étaient respectivement de 1.291,69 euros et 1.614,10 euros). On parle ici de montants bruts. « Je veux tout mettre en œuvre pour aider les indépendants à tenir le coup dans l’attente d’un retour à la normale de leurs activités. Il est normal à mes yeux de les aider lorsque la baisse ou l’arrêt de leurs activités ne relève pas de leur responsabilité. C’est le moins que l’Etat puisse faire pour eux », a déclaré en substance David Clarinval.

Une prime cumulable

On précisera que ces nouveaux montants alloués mensuellement sont déjà d’application et que ce droit passerelle de crise est cumulable avec une éventuelle prime (unique) que les Régions pourraient, qui sait ?, allouer comme ce fut le cas lors du premier confinement au printemps (pour rappel, 4.000 euros pour Bruxelles, 5.000 euros pour la Wallonie et 3.500 euros pour la Flandre). Différentes primes ont déjà été mises en place pour certains secteurs, notamment par la Région de Bruxelles-Capitale (cafés et restaurants, secteur culturel, événementiel, hôtelier et des titres-services), mais rien n’a encore filtré concernant les agents immobiliers. Du côté du cabinet de Barbara Trachte, la secrétaire d’Etat bruxelloise chargée de la Transition économique, on déclare qu’on est en train d’étudier les différents scénarios d’aide en ce y compris celle éventuellement destinée aux agents immobiliers, mais il est encore trop tôt pour se prononcer.

Pour percevoir son droit passerelle de crise, l’agent immobilier doit bien sûr en faire la demande (pour les mois de novembre et décembre) auprès de sa Caisse d’assurance sociale. A ce sujet, le ministre a fait parvenir à ces dernières un petit guide pratique pour les aider à répondre à toutes les questions que les indépendants peuvent se poser.

Le document contient également en annexe un tableau indicatif, destiné à évoluer au gré des décisions, permettant de repérer en un coup d’œil la catégorie d’aide à laquelle l’indépendant a droit. « Il facilitera grandement le travail des Caisses d’assurances sociales dont je mesure combien les collaborateurs ont fort à faire pour aider chaque indépendant à bénéficier de ce à quoi il a droit », se félicite David Clarinval. « Le tableau contient les principaux cas de figure qu’ils peuvent rencontrer. Nous pourrons le faire évoluer en fonction des retours que nous en aurons de la part des Caisses, qui sont en première ligne. »

Gageons que les paiements réclamés par les agents immobiliers seront réglés dans des temps suffisamment brefs que pour répondre au mieux à ce nouvel arrêt forcé de leurs activités. Lors du premier confinement, aucun retard significatif n’avait été enregistré, hormis peut-être quelques rares exceptions. Ce qui est plutôt de bon augure…

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Le Bois-du-Luc s’apprête à retrouver une seconde jeunesse.

    Par Jean-Christophe de Wasseige

    Immo

    Rajeunir une cité minière

  • Voilà à quoi ressembleront vos recherches sur la plateforme de Batibouw pendant les heures d’ouverture du salon. Un assistant vous aidera à vous y retrouver...

    Un salon Batibouw qui fera date

  • Le logement étudiant intéresse beaucoup les petits investisseurs qui cherchent à miser leurs premiers deniers dans le secteur immobilier.

    Le logement étudiant, un «produit» toujours très attractif

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20210120-GKWJUD 2021-01-18 15_44_30

    Coronavirus: l’école ne joue pas un rôle majeur dans les transmissions… jusqu’ici

  2. La commissaire européenne à la Santé, la Chypriote Stella Kyriakides, n’a pas mâché ses mots.

    Vaccins: l’UE craint d’être menée en bateau par AstraZeneca

  3. Les dernières heures d’Ilyes Abbedou, retrouvé mort ce mardi 19 janvier dans une cellule du RAC (la garde zonale de la zone de police Polbru), restent à ce jour enveloppées de brouillard.

    Décès d’Ilyes Abbedou: chronologie d’une détention qui pose bien des questions

La chronique
  • La chronique «Variations»: L’affaire Duhamel

    Un personnage se situe au cœur de tous les grands réseaux de la République. Intellectuel intégré, constitutionnaliste reconnu, Pythie de la gauche libérale qu’il a représentée au Parlement européen, mais apprécié de la droite modérée, incontournable figure tutélaire de Sciences Po, président du club « Le Siècle » véritable assemblée citoyenne de l’élite, chroniqueur à la télévision, animateur et concepteur d’une émission de prestige à la radio, programmé pour le Conseil Constitutionnel, au centre de tout ce qui compte, proche de tous ceux qui décident, conseiller des pouvoirs, amis de celles et ceux qui l’ont exercé, ne fut pas hostile à Nicolas Sarkozy, fut favorable à François Hollande, se rallia à Emmanuel Macron… Personnalité phare, donc.

    Et, soudain, parce que sa belle-fille a révélé dans un livre à succès que – ce qui jette un voile noir sur l’individu – il eut naguère des relations sexuelles avec son très jeune beau-fils (fille et fils du médiatique Bernard Kouchner dont il avait épousé la première épouse, elle-même intellectuelle émérite et reconnue), parce que, coup de...

    Lire la suite

  • Un virus, mais deux stratégies pour nos écoles

    Une vingtaine d’écoles viennent de fermer leurs portes en raison de la propagation du virus, engendrant une gamme de réactions qui oscillent entre raison et émotion. Bekkevoort, Welkenraedt, Etterbeek… : autant de communes accueillant des établissements scolaires que les mesures anticovid n’ont pas suffi à préserver.

    Ces derniers mois, le maintien coûte que coûte des cours dans l’enseignement obligatoire a tenu lieu de credo. Le premier confinement avait affecté toute une jeunesse. Il ne fallait...

    Lire la suite