Le dispositif de l’ULB pour une rentrée hors normes

Chaque auditoire ne serait rempli qu’au sixième de sa capacité.
Enseignement
Info « Le Soir »
 
Marie-Hélène Ska, secrétaire générale de la CSC.
Image=d-20090616-W9X0YE_high
Les enjeux relationnels – la psychologie des personnes âgées et la communication – sont déterminants pour le bien-être des aînés.
De gauche à droite 
: Marthe, résidente, la logopède Anne de Witte, Hedwige, résidente et Pascale De Koster, directrice.
Comparativement à de nombreux autres pays européens, la Grèce a vu sa population âgée bien résister à la pandémie.
maxresdefault
PHOTONEWS_10667871-016 (2)
La réforme des normes d’encadrement est une demande quasi  unanime  du secteur.
Grâce à l’augmentation du «
revenu minimum exonéré d’impôt
», l’impôt à payer diminue de quelque 280 euros en moyenne.
La stimulation des aînés et leur maintien en forme passent aussi par l’échange.
Que celui qui n’a pas rêvé d’une maison avec jardin pendant le confinement lève le doigt...
Avec l’annulation de foires comme Art Brussels, les galeries perdent une grosse part de leurs rentrées.
d-20200325-GFMLRH 2020-03-24 16:54:19
Responsable du projet BatiTerre, Nicolas Smets travaille depuis un an au développement de cette prometteuse filière de réemploi de matériaux de construction.
Elke Van Den Brandt et Pascal Smet.
C’est un peu ça, le confinement, non
?
Le choix de la rédaction
  1. Pour Yves Coppieters, professeur à l’école de Santé publique de l’ULB, «
il serait aberrant de ne pas relâcher les bulles familiales à l’heure où on rouvre les écoles, et qu’on s’apprête à faire de même pour l’horeca
».

    Le vrai ou faux: vers la fin de la «bulle des 4 proches»?

  2. Malgré les récentes et successives mesures de relâchement, le virus circule de moins en moins. ©Photo News.

    Evolution de la propagation du coronavirus en Belgique: l’optimisme reste de mise (infographies)

  3. Joseph Thonon, patron de la CGSP enseignement. © JOAKEEM CARMANS.

    La CGSP couvrira les professeurs qui refuseraient de rentrer

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause», jour 64: les élections

    Dimanche dernier, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était le jour où on pouvait aller chercher le masque fourni par la commune. Entre 11 et 13 heures, sur le parking de la gare où avaient été montés une dizaine de petits cabanons de Noël.

    On y va un peu après midi et là, dans la rue, c’est drôle parce qu’on dirait un dimanche d’élections. Le même que l’année dernière. Copié-collé. On croise plein de gens qu’on connaît, qui marchent tous tranquillement dans la même direction.

    Les dimanches d’élections, il y a comme un code tacite. 1. Il fait beau. 2. On s’habille un peu bien (genre pas en jogging). 3. On va voter à pied, ça fait une balade. 4. On ramène toujours quelqu’un après pour l’apéro.

    Là, kif kif. Vingt degrés, ciel dégagé. On porte de vrais vêtements. Avec de vraies chaussures – on clopine les 100 premiers mètres, puis on se souvient –, et un masque à fleurs avec un filtre au milieu, ce qui fait qu’on doit s’arrêter après dix minutes,...

    Lire la suite

  • Déconfinement en terre inconnue: et si on assumait?

    C’est dur la vie d’homme et de femme politiques. Il y a quelques semaines encore, ils étaient accusés de ne pas fermer assez vite les écoles, et voilà qu’aujourd’hui, ils sont dézingués parce qu’ils les rouvrent trop vite. Il y a 15 jours, on se moquait de leur règle de « 4 proches à fréquenter », et voilà que dès le 3 juin, on va s’agacer de voir ces limites remplacées par une trop vague « nouvelle façon de gérer ses rapports sociaux ».

    Colères...

    Lire la suite