L’hippodrome de Boitsfort respire, la révision du projet approuvée

L’hippodrome de Boitsfort respire, la révision du projet approuvée
pierre-yves thienpont.

Le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, sur proposition de Rudi Vervoort, son président, et d’Alain Maron, le ministre bruxellois de l’Environnement, a approuvé la révision du projet pour le site de l’ancien hippodrome de Boitsfort dont la nouvelle vie, tant de fois annoncée et autant de fois postposée, va enfin pouvoir se dessiner. Pour ce faire, la répartition des rôles a été revue.

En clair, Bruxelles Environnement est chargé du développement, de la gestion et de l’exploitation de la plaine de jeux régionale, de la Maison de la forêt, de la piste aménagée en parc linéaire, de la lisière forestière, de la prairie de détente et des actions pédagogiques de sensibilisation à la nature et la forêt.

La Société d’aménagement urbain (SAU) réalisera les travaux d’impétrants (eau, gaz, électricité) et réaménagera le parking.

Enfin, le concessionnaire privé Drohme, qui a déjà adapté plusieurs fois son projet depuis 2014, reste chargé du développement, de la gestion, de l’animation et de l’exploitation du parcours des cimes, du golf, du mini-golf et du Village des paris (en ce compris la brasserie du Pesage), ainsi que de la gestion et de l’exploitation du parking principal.

Avec cette nouvelle gouvernance, le rôle des pouvoirs publics dans le redéploiement de l’ancien hippodrome est renforcé. En effet, la SAU reste emphytéote des quelque 32 hectares du site et elle demeure responsable de la coordination globale de son développement, tandis que son exploitation sera désormais partagée à parts quasiment égales entre Bruxelles Environnement (15,9 hectares) et le concessionnaire privé Drohme (16,4 hectares).

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Joe Biden, avec la vice-présidente Kamala Harris à ses côtés, lors d’une présentation d’une partie des membres de son équipe, le 8 janvier dernier à Wilmington, son fief du Delaware.

    Une administration Biden plus diversifiée et plus féminine, qui rappelle aussi l’ère Obama

  2. marche

    Joe Biden, un guérisseur à la Maison-Blanche

  3. En 2016, alors vice-président de Barack Obama, Joe Biden était allé à la rencontre de la population de Ballina, berceau de ses ancêtres, lors d’une visite en République d’Irlande.

    Avec Joe Biden, l’Irlande savoure l’avènement de l’un des siens

La chronique
  • «La Lettre d’Ivan De Vadder»: Ces classes moyennes qui règnent sur la Flandre

    Si une chanson populaire moderne dépeint l’âme de la Flandre, c’est probablement Mia, de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, dont je vous ai déjà parlé. La phrase « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren » (« Les classes moyennes règnent sur le pays, plus que jamais ») est perçue comme douloureusement véridique. Et grâce à son caractère reconnaissable, la chanson est devenue populaire, la preuve en est que les prix des récompenses musicales en Flandre ont été baptisés « Music Industry Awards » ou « MIA » ; et aussi que, depuis 2013, une émission de télévision s’appelle « Alleen Elvis blijft bestaan », qui nous rappelle une autre phrase de la même chanson : « Il n’y a qu’Elvis qui survit ». Malheureusement, le chanteur du groupe, Luc De Vos, fut retrouvé mort en 2014 ; mais l’idée que « les classes...

    Lire la suite

  • Our America is back

    Le président américain tweete, et ce n’est pas en lettres capitales. C’est un détail qui dit beaucoup du retour à la normalité outre-Atlantique, mais aussi du profond et intense soulagement qu’il en soit ainsi. Ces majuscules étaient autant d’insupportables agressions qui rappelaient à chaque envoi le désordre depuis quatre ans au sommet du pouvoir et la crainte qu’il inspirait.

    Les symboles et les mots ne font pas tout, mais après avoir subi cette présidence où tout semblait permis, ils étaient...

    Lire la suite