Coronavirus: le Conseil d’État déboute le secteur immobilier sur l’interdiction des visites

Coronavirus: le Conseil d’État déboute le secteur immobilier sur l’interdiction des visites
Roger Milutin

Le Conseil d’État a rejeté deux demandes de suspension d’extrême urgence introduites par le secteur immobilier contre l’interdiction, édictée dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, d’organiser des visites de biens immobiliers en vue de leur vente ou de leur location.

Dans ses arrêts, le Conseil d’État constate qu’aucun requérant « n’avance d’éléments concrets et vérifiables indiquant que le préjudice financier et concurrentiel invoqué a des conséquences d’une gravité telle pour la survie de l’entreprise ou de l’union qu’une suspension d’extrême urgence s’impose. »

Les fédérations flamande et wallonne immobilières CUB Vlaanderen et Feberia avaient annoncé début novembre leur intention d’aller au Conseil d’État contre l’interdiction des visites de biens par des agents immobiliers, prévue par un arrêté ministériel daté du 1er novembre 2020. Les fédérations estimaient que cette interdiction manquait de fondement juridique.

Dans un premier arrêt, le Conseil d’État rejette la demande car aucune des parties requérantes n’indique pourquoi cette mesure a des conséquences à ce point graves qu’une suspension d’extrême urgence est requise.

« Aucun des agents immobiliers, aucune des agences immobilières, ni leur union professionnelle, n’avance d’éléments concrets et vérifiables indiquant que le préjudice financier et concurrentiel invoqué a des conséquences d’une gravité telle pour la survie de l’entreprise ou de l’union qu’une suspension d’extrême urgence s’impose. Les deux requérants qui estiment leur droit au logement violé par l’absence de perspectives de trouver à temps une nouvelle habitation de qualité et financièrement accessible, ne démontrent pas non plus dans les faits la menace d’un danger imminent ou réel susceptible de justifier une mesure de suspension », souligne le Conseil d’État.

Dans un second arrêt, la juridiction administrative estime que les parties requérantes, à savoir le secteur immobilier, « ne permettent pas de considérer qu’une suspension d’extrême urgence s’impose, dès lors qu’elles ne produisent pas de documents justificatifs, de chiffres ou d’éléments susceptibles de justifier que le Conseil doit examiner le recours en extrême urgence. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Le Bois-du-Luc s’apprête à retrouver une seconde jeunesse.

    Par Jean-Christophe de Wasseige

    Immo

    Rajeunir une cité minière

  • Voilà à quoi ressembleront vos recherches sur la plateforme de Batibouw pendant les heures d’ouverture du salon. Un assistant vous aidera à vous y retrouver...

    Un salon Batibouw qui fera date

  • Le logement étudiant intéresse beaucoup les petits investisseurs qui cherchent à miser leurs premiers deniers dans le secteur immobilier.

    Le logement étudiant, un «produit» toujours très attractif

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pascal Soriot, PDG d’AstraZeneca: «Suggérer que nous vendons à d’autres pays pour gagner plus d’argent n’est pas juste parce que nous ne faisons de profit nulle part.»

    Le PDG d’AstraZeneca : «Nous avons deux mois de retard par rapport à ce que nous voulions»

  2. Le professeur Yvon Englert affirme avoir ressenti «disponibilité et volontarisme» lors de ses contacts avec les cercles provinciaux de médecine générale.

    La campagne de vaccination quadrillera le territoire

  3. Le ralentissement du développement éolien est dû non pas à la crise sanitaire, mais à l’inflation du nombre de recours.

    Une année 2020 «décevante» pour l’éolien wallon

La chronique
  • #haine cherche #paix

    C’est juste le type le plus célèbre du monde qui se fait éjecter comme un malpropre. Interdit de boîte de nuit par le videur. Viré du cours et envoyé chez la directrice. Eliminé parce qu’il a triché au Monopoly. Out. Exit. Sans appel.

    Ni son pouvoir, ni son pognon, ni son statut de chef d’Etat n’y pourront rien changer : le 9 janvier, Twitter suspend définitivement le compte de l’ex-président des États-Unis. « Après avoir examiné de près les récents tweets du compte Donald Trump et le contexte qui les entoure, nous avons suspendu définitivement le compte en raison du risque de nouvelles incitations à la violence », annonce le réseau social, faisant allusion à la prise d’assaut du Capitole, le 6 janvier, par les supporters d’un Donald Trump soufflant sur les braises depuis sa monumentale forteresse du Déni.

    A quel moment les réseaux sociaux, cette chaleureuse petite invention qui nous promettait des milliers d’amis, ont-ils sombré du mauvais côté de la Force ? Quand sont-ils devenus cette jungle de cyberhaine où on informe...

    Lire la suite

  • Et soudain le vaccin devint le «précieux», le nouvel or du monde

    La Belgique met en place sa stratégie de vaccination, et nos interrogations restent très nombreuses : jours de vaccination, recrutement de personnel, etc. L’opposition a raison de continuer à examiner, interroger, réclamer afin d’améliorer le processus, et cela d’autant que les responsables disposent désormais de temps pour perfectionner les procédures imaginées. C’est même là que réside notre problème principal : ce n’est pas – on aurait envie de dire « hélas » – à ce stade le circuit de vaccination qui « bugge...

    Lire la suite