Vente ou location de biens immobiliers: les visites peuvent avoir lieu sous certaines conditions

Vente ou location de biens immobiliers: les visites peuvent avoir lieu sous certaines conditions
Pierre-Yves Thienpont

Les visites de biens immobiliers en vue d’une vente ou d’une location peuvent-elles avoir lieu ? Si la question semble simple, la réponse ne l’est pas.

Le Conseil d’État a dernièrement rejeté deux demandes de suspension d’extrême urgence introduites par le secteur immobilier contre l’interdiction, édictée dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, d’organiser des visites de biens immobiliers en vue de leur vente ou de leur location.

Ce à quoi réplique le secteur immobilier que « les propriétaires privés peuvent recevoir des candidats dans le cadre d’une visite de biens, car cela n’est pas légalement considéré comme un « contact étroit » et que les règles de distance sociale peuvent être garanties ».

Toutefois, le cabinet de la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden rétorque que ces visites ne peuvent avoir lieu. Il explique qu’en raisonnant de la sorte le secteur immobilier perd de vue le fait qu’aucun ménage n’est autorisé à entrer dans un domicile. Si c’est le cas, alors cela se passe en violation du décret ministériel qui stipule qu’un ménage ne peut recevoir que le même contact extérieur étroit à la fois au cours de six semaines. Interrogée, mardi matin les ondes de la VRT, Annelies Verlinden a toutefois apporté une précision importante en déclarant que les visites pouvaient avoir lieu pour autant qu’il n’y ait personne dans le bien visité, ni l’agent immobilier, ni le propriétaire ou le locataire.

Le secteur immobilier vs le ministère de l’Intérieur

Quant au secteur immobilier, il a répliqué, via un communiqué cosigné par Dewaele Vastgoedgroep (CEO Filip Dewaele), ERA Belgium (CEO Johan Krijgsman), Hillewaere Vastgoed (CEO Roel Druyts), Century 21 Benelux (COO Kim Ruysen), Trevi Group (COO Benoit Delrue) et Agence Rosseel (Algemeen Directeur Geoffrey Giet). « Pour ceux qui veulent acheter, vendre, louer ou donner en location un bien immobilier pendant cette période de fermeture. Tant qu’un agent immobilier n’est pas physiquement présent, les visites des biens immobiliers peuvent avoir lieu. Un grand nombre d’acteurs importants du secteur immobilier a uni ses forces pour maintenir le marché de l’immobilier ouvert, et ce, selon les règles sanitaires en vigueur. Aujourd’hui, un acheteur ou un locataire potentiel peut visiter la maison, seul, ou grâce à l’aide virtuelle d’un agent immobilier ».

Des visites à domicile et par vidéo

Et le communiqué du secteur immobilier de préciser : « Tous les acheteurs ou locataires potentiels peuvent recevoir des informations sur le bien immobilier par l’intermédiaire de l’agent immobilier et prendre rendez-vous pour visiter le bien tout seul. Les candidats peuvent récupérer la clé chez l’agent immobilier, prendre rendez-vous sur place avec le propriétaire ou même par vidéoconférence avec l’agent immobilier pour obtenir les explications nécessaires lors de la visite de la propriété. L’agent immobilier ou le propriétaire n’est pas physiquement présent dans la maison durant la visite du bien. En parallèle, les visites « traditionnelles » en 3D restent disponibles sur la plupart des sites web ».

Une certitude donc, les visites peuvent avoir lieu pour autant qu’il n’y ait personne dans le bien visité.

Sur le même sujet
Immobilier
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Le Bois-du-Luc s’apprête à retrouver une seconde jeunesse.

    Par Jean-Christophe de Wasseige

    Immo

    Rajeunir une cité minière

  • Voilà à quoi ressembleront vos recherches sur la plateforme de Batibouw pendant les heures d’ouverture du salon. Un assistant vous aidera à vous y retrouver...

    Un salon Batibouw qui fera date

  • Le logement étudiant intéresse beaucoup les petits investisseurs qui cherchent à miser leurs premiers deniers dans le secteur immobilier.

    Le logement étudiant, un «produit» toujours très attractif

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20210120-GKWJUD 2021-01-18 15_44_30

    Coronavirus: l’école ne joue pas un rôle majeur dans les transmissions… jusqu’ici

  2. La commissaire européenne à la Santé, la Chypriote Stella Kyriakides, n’a pas mâché ses mots.

    Vaccins: l’UE craint d’être menée en bateau par AstraZeneca

  3. Les dernières heures d’Ilyes Abbedou, retrouvé mort ce mardi 19 janvier dans une cellule du RAC (la garde zonale de la zone de police Polbru), restent à ce jour enveloppées de brouillard.

    Décès d’Ilyes Abbedou: chronologie d’une détention qui pose bien des questions

La chronique
  • La chronique «Variations»: L’affaire Duhamel

    Un personnage se situe au cœur de tous les grands réseaux de la République. Intellectuel intégré, constitutionnaliste reconnu, Pythie de la gauche libérale qu’il a représentée au Parlement européen, mais apprécié de la droite modérée, incontournable figure tutélaire de Sciences Po, président du club « Le Siècle » véritable assemblée citoyenne de l’élite, chroniqueur à la télévision, animateur et concepteur d’une émission de prestige à la radio, programmé pour le Conseil Constitutionnel, au centre de tout ce qui compte, proche de tous ceux qui décident, conseiller des pouvoirs, amis de celles et ceux qui l’ont exercé, ne fut pas hostile à Nicolas Sarkozy, fut favorable à François Hollande, se rallia à Emmanuel Macron… Personnalité phare, donc.

    Et, soudain, parce que sa belle-fille a révélé dans un livre à succès que – ce qui jette un voile noir sur l’individu – il eut naguère des relations sexuelles avec son très jeune beau-fils (fille et fils du médiatique Bernard Kouchner dont il avait épousé la première épouse, elle-même intellectuelle émérite et reconnue), parce que, coup de...

    Lire la suite