France: un photographe blessé lors d’une manifestation, violences policières dénoncées

France: un photographe blessé lors d’une manifestation, violences policières dénoncées

Reporters sans frontières a dénoncé samedi des violences policières « inacceptables » contre un photographe syrien, blessé lors de la manifestation contre le texte de loi « sécurité globale » et les violences policières à Paris.

Collaborateur de Polka Magazine et de l’AFP, Ameer al Halbi, 24 ans, qui couvrait la manifestation place de la Bastille à titre indépendant, « a été blessé au visage par un coup de matraque », a affirmé sur Twitter Christophe Deloire, secrétaire général de RSF.

« Toute notre solidarité envers Ameer Al Halbi. Ces violences policières sont inacceptables. Ameer est venu de Syrie en France pour s’y réfugier, comme d’ailleurs plusieurs autres journalistes syriens. Le pays des droits de l’homme n’a pas à les menacer, mais à les protéger », a encore tweeté M. Deloire.

Vainqueur de plusieurs prix internationaux

Il a également mis en ligne une photo du photographe, tête bandée, nez encore ensanglanté, sur un lit d’hôpital, un cliché signé par la photojournaliste indépendante Gabrielle Cezard.

Ameer al Halbi, qui a remporté plusieurs prix internationaux, notamment le 2e prix de la catégorie « Spot News » pour le World Press Photo en 2017, a couvert pour l’AFP les combats et les ravages dans sa ville d’Alep, en plein conflit syrien.

À Bayeux (qui célèbre chaque année les correspondants de guerre), il a remporté le prix du « Regard des jeunes de 15 ans » pour un cliché pris pour l’AFP montrant deux hommes, serrant chacun un nourrisson dans leurs bras et marchant dans une rue d’Alep en ruines. À Paris, il a notamment suivi une formation à l’école de photos Speos.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous