@News
@Belga
@Belga
Photonews
@Smets
Photo News
@Belga
Gerrard.
Belga
Photonews
@News
@News
PHOTONEWS_10887850-081
Toby Alderweireld
Philippe Montanier
Romelu Lukaku
Le choix de la rédaction
  1. Frank Vandenbroucke, le ministre de la Santé, ne croit pas aux miracles, même à Noël...

    Coronavirus: il faudrait «un miracle» pour que les règles soient assouplies avant les fêtes

  2. La suppression des 500 lits USI créés dans l’urgence va libérer du personnel infirmier.

    Coronavirus: la pression sur les hôpitaux descend d’un petit cran

  3. Eclaircie pour les musées et expositions qui peuvent accueillir les visiteurs dès ce mardi: ici «The Light House» à la Fondation Boghossian.

    Expos et musées sont prêts à vous accueillir

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, saison 2, jour 25»: Noël en juillet

    Ce week-end, il s’est passé un truc incroyable.

    Tout le monde a compris – enfin, on l’espère –, qu’on ne fêtera pas Noël cette année.

    Frédérique Jacobs, cheffe du service infectiologie à l’hôpital Erasme, avait déjà traumatisé tout le monde fin octobre à ce sujet. Et aujourd’hui, c’est la Très Respectable Union des Fêtes Familiales de l’Eté (la T.R.U.F.F.E.) qui prend la parole, au nom de la Fête nationale, de la Fête de la musique, des Feux de la Saint-Jean et de bien d’autres réjouissances estivales pour démontrer que Noël en juillet, c’est loin d’être une catastrophe.

    Oui mais et le sapin ? L’abattage d’un sapin se faisant généralement l’hiver pour différentes raisons (éviter d’avoir trop de résine, moins déranger la faune, etc.), la T.R.U.F.F.E propose de se rabattre plutôt sur les plantes en pot. Des grandes, aux larges feuilles comme le figuier lyre, l’oiseau du paradis, le palmiste multipliant, le dragonnier parfumé, le monstera ou, mieux que tout : le cactus qui empêchera les enfants de...

    Lire la suite

  • Courageux. Responsable. Collectif: la situation sanitaire l’impose

    C’est très courageux et hyper responsable. Sans fausse note – apparente –, les dirigeants politiques ont pris les décisions que la réalité sanitaire imposait. Avec pour seul objectif la crise de la santé. Et sur un seul constat : nous sommes toujours en pleine tempête.

    Ce n’est pas une obsession, c’est l’évidence : tant que le virus sera là, rien ne peut reprendre, ni l’économie, ni la vie normale, ni la vie sociale. Parce que le virus, c’est la maladie et encore aujourd’hui à un taux...

    Lire la suite